Avoir le dernier mot

LE LISERON
Fable jardinière

Quelques matins moins bleus, un voyage ou un chagrin, peu importe la raison qui éloigna le jardinier un temps de son enclos.

Disons qu’il laissa le champ libre au liseron

Pourtant ce n’était pas une guerre mais plus un duel à la loyale avec ses règles et un code de l’honneur.  Ni débroussaillant ni poison pour tenter de gagner.

Alors que sous terre, avec ses racines fantômes traçantes, rhizomes sans commencement ni fin qui régénèrent une plante entière à partir d’un fragment oublié, le liseron trouva là l’occasion d’affirmer sa présence sur l’instrument de ses tourments.

Rien de tel que d’enlacer son rival, s’attacher, s’enrouler autour de lui en une belle spirale comme dans une valse lente, sans oublier, une fois arrivé au sommet de laisser fleurir la belle corolle blanche sonnant la victoire.

Chacun avançait selon sa tactique et ses moyens.

Plus tard, lorsqu’il revint au jardin, comme aux échecs, après une partie perdue, le jardinier reconnut l’élégance de la victoire, sachant dans son for intérieur que dans cette rivalité respectueuse, le liseron aurait toujours le dernier mot.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Avoir le dernier mot

  1. lancoliebleue dit :

    N’est-ce pas là un magnifique clin d’oeil que le liseron est en train de te faire?
    Quitte à pousser continuellement, tout en sachant quel sort l’attend, autant pousser sur le lieu le plus symbolique. Cela mérite le respect Mr le Liseron.
    J’espère que le jardinier retrouvera le chemin de son jardin comme s’il allait à la rencontre de la sérénité.
    Amitiés
    Val

  2. L’affable fabulation d’un jardinier : sus au liseron – ça sonne comme laideron.

  3. leodamgan dit :

    Je n’espère plus déraciner les liserons depuis longtemps, je les tiens un peu en respect, tout au plus. Mais je sens bien qu’un jour, ils auront le dernier mot…

  4. belladonnachichi dit :

    Il m’est difficile de déraciner. Je me dis, l’hiver viendra et le gel s’en chargera. Et quand les espèces sont mellifères comme le liseron, c’est un crève cœur, c’est mission impossible. Je leur donne la victoire, honneur aux vaincus puisque l’équilibre est maintenu.
    Belle fable, par des temps aussi tristes !
    Bonne nuit.

  5. snake0644 dit :

    le liseron et le rhizome, même combat !

  6. True Colors dit :

    C’est l’histoire de l’amour entre la nature et l’homme…
    Elle tient ce rôle incroyable de nous rappeler, sans jamais se lasser, qu’elle est là quoiqu’on fasse, et que si on sait la voir, alors elle n’en finira jamais de nous émerveiller, de nous surprendre, de nourrir notre esprit et de nous faire grandir… parce qu’une chose est certaine, nous serons toujours tout petit devant elle… Et elle aura toujours le dernier mot !!!!!

  7. pakita48 dit :

    je m’étais déracinée d’un lieu qui pourtant me plaît beaucoup…je reviens après ce long silence..
    Amicalement et bises à vous deux.

  8. kikou bisous tu etais sur les blogues msn je pensses le jardinier sourire bisous Fleur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s