De ce côté de la baie.

Parce que trop habitué aux horizons découpés où règne la ligne brisée, dans un paysage vertical, la tentation était forte d’aller voir un endroit qui  parrallélise ses lignes ,où le ruban des plages s’étire comme une feuille de papier sur laquelle on aurait envie d’écrire infiniment.

Les seules ponctuations étaient les parenthèses des cerfs-volants, l’exclamation d’un phare, les points de suspensions à l’infini des levées de galets et, ultime tache d’encre, un blockhaus d’une guerre d’avant-hier que les sables mouvants arriveraient bien à effacer. Question de temps… 


Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour De ce côté de la baie.

  1. leodamgan dit :

    Oui, dans ces horizons tout plats, on cherche instinctivement quelques verticales pour avoir une sensation d’équilibre. Mais tout cet espace est enivrant parfois, et puis, les changements de couleur de la mer avec le vent et la couleur du ciel, les reflets des nuages dans les flaques d’eau introduisent un peu de variété…

  2. snake0644 dit :

    D’accord avec leodamgan. Quelle atmosphère hors du temps ! Quand au bunker, c’est sublime comme effet.

  3. belladonnachichi dit :

    Magnifiques photos, reposante ambiance et joli texte; cela m’a mise de bonne humeur pour entamer cette journée de travail. Merci.

  4. pakita48 dit :

    Bonjour,
    Pour moi vendredi ce sera Paris, l’horizon est différent mais ce sera bien agréable d’y voir les amis aussi… De belles photos qui donne envie d’aller marcher et respire l’air par là…
    Douces pensées pour vous, en ce moment je bosse et le temps passe très vite..
    Je vous téléphone dès mon retour…
    Bises à vous deux
    Françoise

  5. marie-ne dit :

    J’Aime Tout Simplement!
    Merci et pour les mots, et les photos et la musique, Tout y est Beau.
    Bises iodées. 🙂

  6. De ce côté de la baie, j’ai comme un pressentiment, celui que mes yeux n’en croiraient pas leurs yeux et que mon souffle se couperait de lui même… pour rejoindre le cerf-volant et avec lui atteindre l’infini…
    Je ne connais pas la Normandie
    Pensée jolie
    Fidji…

  7. Babel dit :

    Oui, un paysage comme une feuille de papier vierge à remplir ou non.. selon les goûts !
    J’aime la douceur de ces couleurs tout en nuances qui laisse libre cours à l’imaginaire .. et cette musique lui offre toute sa dimension poétique !
    Bises d’ici..

  8. Splendide, et la musique dans toute son horizontalité aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s