Une nuit au musée – 3

LE SENS DU DETAIL

Quand Géricault peignit ce tableau, il fit réaliser une maquette du radeau par le charpentier de « la Méduse »  dont le naufrage trois ans plus tôt avait frappé l’opinion. Il alla même jusqu’à emprunter des cadavres à l’hopital Beaujon pour affirmer le réalisme de son oeuvre dans le moindre détail.

Le regard objectif de l’appareil photo a surpris le photographe sur la gauche qui a, lui aussi, le sens du détail…

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Une nuit au musée – 3

  1. fanfan dit :

    Effectivement un sens prononcé au flash… le vilainBonne soiréeBises

  2. Unknown dit :

    Le sens du détail… Je suis retourné au musée D\’Orsay, lors de mon dernier passage à Paris et me suis arrêté devant le tableau de Gustave Courbet "L\’origine du monde". Une étrange atmosphère devant cette œuvre, (représentant une femme nue sur le dos), sensation mêlée, à la fois de gêne face au réalisme de l\’œuvre et l\’envie indescriptible d\’en observer les détails, les détails de cette origine du Monde… Étonnant cette résonance dans notre inconscient… Bonne journée Mr Le Lecteur!

  3. Emma dit :

    coucou cher Lecteur En quoi ce détail parlait-il au photographe? Nous ne le saurons jamais. Mais n\’est-il pas interdit de photographier les oeuvres d\’art dans les musées?Plein de bonnes choses pour toije t\’embrasse

  4. Bistroman dit :

    Géricault est né dans la même ville que moi, mais j\’avoue avoir eu moins de succès.:0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s