LE GUETTEUR DE L’AUBE… Entre les lignes du temps 28

 

LE CORRIDOR

Pendant combien de temps la machine était restée stationnaire, l’admirable élégance de son vol, suspendu ?
Du temps immobile … et moi avec .
Puis les facettes-écrans se remirent à clignoter, offrant à nouveau éclat des couleurs et variété des formes.

– Il nous faut repartir, juste avant la neige…

– Avant la neige? A part sur tes écrans en fin de programme, il semble qu’il n’y ait pas de neige en infini.
    – Peut-être, peut-être….quoique les neiges éternelles, les neiges d’Antan. Mais tu comprendras plus tard… bientôt. En attendant je t’emmène traverser le « Corridor des âmes ».
Car à chaque âme son étoile et leur lumière scintille tout en gardant leur mystère.
Parfois, comme une fleur libère son parfum et la beauté de ses secrets, elle s’ouvre… cela arrive rarement juste lorsque les codes s’accordent, coîncident. Comme si deux clés distinctes ouvraient en même temps la même serrure. Rencontre d’âmes … rare. S’il faut donner un nom à ces rencontres appelle les Amour ou Amitié.

En fait le secret des âmes, de chaque âme est bien gardé … pourtant il existe à travers le corridor un espace libre, un monde ouvert où certains offrent tout ou partie de leur coeur. On les appelle artistes, poètes, musiciens, penseurs…En ouvrant la porte secrète des sentiments, de leur ressenti ils laissent trace et sont comme les sentinelles du temps. En offrant leur oeuvre et leur imaginaire, leur monde intérieur et la perception de leur  époque comme autant de petites pierres témoins, ils jalonnent nos routes.
Et en faisant un pas vers eux, tu t’invites à leur fête mêlant ton histoire à leur histoire, et en apprenant de la richesse de leur vie et de leur âme, tu modifies ou renforces tes modèles. Et alors tu te rends compte que le champ des possibles est infini et que tu peux mêler  ta vie à leurs rêves et tes rêves à leur vie.

Pour arriver ici, on a suivi le chemin du Petit Prince, on vient de croiser les planètes du roi, du vaniteux, de l’ivrogne, du businesman. Je suis resté longtemps au dessus de celle où se trouve cet unique réverbère…
Nous allons le rencontrer…mais n’oublie pas… l’âme des poète ! Tu ne pourras que t’enrichir de leur histoire.

Ainsi cette machine qui pouvait aussi parler me livra-t-elle sa philosophie

     Bricolage réalisé au coin du feu…                                      avec un peu d’aide de St Ex

CHAPITRE XIV du PETIT PRINCE (Extraits)

La cinquième planète était très curieuse. C’était la plus petite de toutes. Il y avait là juste assez de place pour loger un réverbère et un allumeur de réverbères. Le petit prince ne parvenait pas à s’expliquer à quoi pouvaient servir, quelque part dans le ciel, sur une planète sans maison, ni population, un réverbère et un allumeur de réverbères. Cependant il se dit en lui-même: – Peut-être bien que cet homme est absurde. Cependant il est moins absurde que le roi, que le vaniteux, que le businessman et que le buveur. Au moins son travail a-t-il un sens. Quand il allume son réverbère, c’est comme s’il faisait naître une étoile de plus, ou une fleur. Quand il éteint son réverbère ça endort la fleur ou l’étoile. C’est une occupation très jolie. C’est véritablement utile puisque c’est joli. Lorsqu’il aborda la planète il salua respectueusement l’allumeur:

– Bonjour. Pourquoi viens-tu d’éteindre ton réverbère ?

– C’est la consigne, répondit l’allumeur. Bonjour.

– Qu’est-ce que la consigne ?

– C’est d’éteindre mon réverbère. Bonsoir.

Et il le ralluma.

– Mais pourquoi viens-tu de le rallumer ?

– C’est la consigne, répondit l’allumeur.

– Je ne comprends pas, dit le petit prince.

– Il n’y a rien à comprendre, dit l’allumeur. La consigne c’est la consigne. Bonjour.

Et il éteignit son réverbère.

…..

Le petit prince poursuivit :
– Ta planète est tellement petite que tu en fais le tour en trois enjambées. Tu n’as qu’à marcher assez lentement pour rester toujours au soleil. Quand tu voudras te reposer tu marcheras… et le jour durera aussi longtemps que tu voudras.
– Ça ne m’avance pas à grand’chose, dit l’allumeur. Ce que j’aime dans la vie, c’est dormir.
– Ce n’est pas de chance, dit le petit prince.
– Ce n’est pas de chance, dit l’allumeur. Bonjour.

Et il éteignit son réverbère.

Celui-là, se dit le petit prince, tandis qu’il poursuivait plus loin son voyage, celui-là serait méprisé par tous les autres, par le roi, par le vaniteux, par le buveur, par le businessman. Cependant c’est le seul qui ne me paraisse pas ridicule. C’est, peut-être, parce qu’il s’occupe d’autre chose que de soi-même.
Il eut un soupir de regret et se dit encore :
– Celui-là est le seul dont j’eusse pu faire mon ami. Mais sa planète est vraiment trop petite. Il n’y a pas de place pour deux…

Ce que le petit prince n’osait pas s’avouer, c’est qu’il regrettait cette planète bénie à cause, surtout, des mille quatre cent quarante couchers de soleil par vingt-quatre heures !

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour LE GUETTEUR DE L’AUBE… Entre les lignes du temps 28

  1. Yesa dit :

     
    Tiens tiens, on dirait que cela évolue par ici… il y a des ouvertures on dirait…
    🙂
    Vive les rondes d\’âmes où elles se donnent la main et offrent leur Amour à l\’infini…
     
    Très beau texte… 🙂

  2. Vianney dit :

    Régisseur de lumière
    même dans l\’itération absurde
    je suis le temps relatif
    et le rythme de la vie

  3. francis dit :

    s\’imprégner de l\’âme des poétes et rêver l\’inimaginable…joli billet,francis

  4. Marie dit :

    Le monde regorge de rêves berbères , de bercail où l\’on pourrait se lover colmme dans  un berceau et y rêvasser sur des moutons disséminés entreposés sur des gouttelettes que le Petit Prince d\’une main experte essaimera et s\’aimera vers des contrées où les pendules changeront d\’heures , où les couchers de soleil auraient un parfum groseille ; le lecteur ne serait plus hypothétique , serait-il  devenu pragmatique ?
     
    Le rêve heure chemine avec sa mine de crayon …"Dessine moi un nuage …pour m\’offrir de beaux présages …!!"
     
    Belle et douce journée …
    Il fait du bien de vous lire …
    Marie

  5. Emma dit :

    coucou mon cher lecteur  Je suis sur tes pas à la découverte de ce bel itinéraire dont il ne faut pas dévier… Plein de bonnes choses pour toi  A très bientôt  Emma

  6. Babel dit :

    c\’est utile puisque c\’est joli.. voilà qui résume parfaitement le bien fondé de l\’art en général.. ;)belle soirée à toi..

  7. fanfan dit :

     
    C\’est vrai que cela fait du bien de vous lire……
     
    Amicalement

  8. fanfan dit :

     
    Merci de votre passage et message
    Pour ma part c\’est une découverte d\’une région que je connais à peine
    je vais le long des routes et des voies, en solitaire, me remplir les yeux
    et le coeur de bonheur, et je comprends…..
    Gardons donc les yeux ouverts sur les images et les écrits…
     
    Amicalement
     
     

  9. Muriel et Fred dit :

     
    Oui, cela fait longtemps Monsieur le Lecteur, sourire…
     
    "Rencontres d\’âmes"… Ce lien magique qui se re-noue aussitôt en laissant la subtile impression qu\’il en est ainsi depuis si longtemps…
     
    Quel délice de retrouver le Petit Prince…
     
    Pensée douce.
     
    Mourka
     

  10. Petits dit :

    Il faut un coeur averti pour apprécier la lumière , c\’est peut-être cette sensibilité qui donne naissance à l\’art.
     
    Pensées pour toi.

  11. B dit :

    Dans certains domaines les limites sont rassurantes.
    Mais dans d\’autres domaines j\’aime à savoir que le champ des possibles est infini.
    Je ne me lasse pas de le relire 🙂

  12. romy dit :

    Encore une nuit ou les plume de ma couette me glace, alors je vais faire un tour chez ceux dont la sympathie me rechauffe souvent, même dans mes longues periodes de silence, car les pensées ne sont pas comme les mots, elle ne compte pas de temps ni de place, mais elles sont tout l\’espace… Bien sur Murat est toujours là… J\’aurais bien voulu lui parler en silence, une fois, juste dans la presence et les pensées qui se mêlent, sans aide. Ma vie n\’en finit pas, mais vivante, ça, c\’est rapide, comme parfois le trépas. A bientôt JF et merci d\’être par là.  Amicale visite nocturne. Romy

  13. fanfan dit :

     
    Je passe et repasse et un petit sourire pour votre titre….
     
    On ne dit pas le corridor mais le corps se repose.
     
    Amicalement
    :-)) Françoise

  14. Emma dit :

    coucou "sentinelle du temps"  J\’aime à savoir que tu as dans ton jardin cet arbre emblème de longévité. Pourrait-on en voir des photos?  Plein de belles choses pour toi Je t\’embrasse  Emma

  15. Feuille dit :

     
    J\’aime le petit prince… ( pour preuve: voir photo chez moi chat et peau… rappel journalierde… ) cet eternel enfant que nous oublions parfois d\’être…
    Merci du passage, à mon tour…
    Bon week-end

  16. Christophe dit :

     
    oui m\’sieu le p\’tit prince hypothétique – un adjectif qui colle – bonne fin de journée  🙂
     

  17. φųε đεš пσťš ! dit :

     
    joli le rêve, verbe, herbe là bas … 🙂
     

  18. faradet dit :

     
    Alors, il faudrait peut être envisager de ralentir la vitesse de rotation de la petite planète
    pour permettre à l\’allumeur de profiter un peu des couchers de soleil… est il prévu une
    consigne pour ça ?
    Amicalement.
    .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s