ROUTES… ET CHEMINS

COURANTS   ASCENDANTS

 
texte : YVES SIMON  extrait de « L’amour dans l’âme »  Grasset Editeur
 Les voies de l’âme :http://yesa64.spaces.live.com/
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour ROUTES… ET CHEMINS

  1. Yesa dit :

    Cher JF, les 2 ailes du même goéland, les 2 ailes du même papillon, les 2 "L" de la même ballade… une âme en 2 corps, pour être à 2 endroits à la fois et goûter la magie du lien invisible… Merci, Jean-François, mon autre… Bises… Is@belle…

  2. Babel dit :

    j\’aimerais bien être au moins 1 plume de cet oiseau..! et je pourrais ainsi peindre
    la couleur de l\’âme sur ses ailes..pr qu\’il m\’emporte avec lui partout où il irait…! 😉
    belle soirée à vous, cher JF..
     

  3. Emma dit :

    coucou..  Puissions-nous ne jamais désapprendre le chemin de l\’âme… J\’espère que tu vasbien et t\’embrasse  Emma

  4. Yesa dit :

    JF,
     
    Sur un arbre les doigts noués,
    pour agresser serrer les poings,
    mais nos paumes sont pour aimer ,
    y a pas de caresses en fermant les mains,
     
    Longues et jointes en une prière
    bien ouvertes pour acclamer
    dans un poing les choses à soustraire,
    on ne peut rien tendre les doigts pliés
     
    Quand on ouvre nos mains
    il suffit de rien 10 fois rien
    suffit d\’une ou 2 secondes
    à peine un geste un autre monde,
    Quand on ouvre nos mains…
     
    … … …
     
    Un simple geste d\’une main,
    quand se dessèrent ainsi nos poings,
    quand s\’écartent nos phalanges
    sans méfiance une arme d\’échanges
    des champs de bataille en jardins
     
    le courage du signe indien
    un cadeau d\’hier à demain,
    rien qu\’un instant d\’innocence
    un geste de reconnaissance,
    quand on ouvre comme un écrin
    Quand on ouvre nos mains…JJG.
     

  5. Paperfly dit :

    J\’ai une Elle gauche, mais tu le sais…pas mal adroite, de surcroît!!! Ton dessin de toi que tu as fait tout seul est réussi, couplé au thème du billet il me rappelle l\’albatros de Baudelaire, tu sais les ailes de géant qui empêchent de marcher…Serais-je né pour voler?
    Bon week-end, old boy!

  6. romy dit :

    Bonsoir JF, j\’etais venue prendre un peu l\’air et j\’ai reçu bien plus, par le frollement fragile d\’un battement d\’aile. Merci encore et… Oui tout ceci vaut bien plus qu\’une place dans "les petits bijoux"…C\’est gentil d\’avoir accepter de vous glisser dans ma liste d\’amis des mots, dans un monde au trop plein d\’ego…
    A bientôt de vous lire et vous rendre visite, car ici, il fait très beau. Bon week end. Romy

  7. Yesa dit :

    JF, il va falloir dessiner un papillon qui sourit pour Mrs Butterfly… Mr Paperfly pourra vous expliquer… lol !!! je vous aide, si vous voulez… 😉 Is@belle…

  8. Ne plus utiliser dit :

    Bonsoir et merci de m\’avoir expliqué votre théorie de la "cour de récréation", j\’adhère ! Venant de plus d\’être "victime" d\’un Docteur Jekkyl/Mister Hyde, je comprends malheureusement mieux combien je reste candide, peut-être parce que j\’avoue avoir soif (juste avoir soif, les mots je ne les galvauderai jamais)…
     
    Je pense à Jonathan en lisant ce texte d\’Yves Simon et je sens un hommage à la re-connaissance, émouvant… Il me vient en écho un texte écrit il y a plus d\’une année :
     
    Il était une fois une ronde mirabelle
    Dont la belle couleur toute ambrée
    Attira une petite hirondelle
    Toute emplie de curiosité
     
    Approche et regarde-moi
    Je suis gorgée de soleil
    Juste là pour ta petite âme d\’oiseau
    Assoiffée et encore en sommeil
     
    Puise en moi le jus du souvenir
    Rappelle-toi comme son goût est sucré
    Et comme toujours tu savais revenir
    Pour que ta soif en soit apaisée
     
    L\’hirondelle écoutait
    Sa petite tête penchée
    Vers cette voix qu\’elle comprenait
    Et qui la laissait toute étonnée
     
    Je ne comprends pas tous tes mots
    Mais j\’entends leur saveur
    Est-il possible que plus tôt
    Nous les ayons déjà chanté en chœur
     
    Je me sens près de toi comme blottie
    Dans le nid douillet du passé
    Que le présent aurait béni
    Et dont tu n\’as rien oublié
     
    Merci de me donner le cœur
    Du fruit dont le goût me hantait
    Mais tu sais j\’ai encore un peu peur
    De me souvenir tout à fait
     
    Ca viendra douce merveille
    Tu es déjà sur le chemin
    Tu n\’as plus qu\’à emprunter la passerelle
    Qui te mènera jusqu\’à ton destin
     
    Mais rappelle-toi que nous nous sommes accordées
    Comme aujourd\’hui mirabelle, hirondelle
    Autres vies, autres corps, autre passé
    Nos rimes s\’entrelaçaient déjà ma belle
     
    Je ne sais pourquoi j\’ai eu envie de vous faire partager ce texte mais j\’aime cette impulsion spontanée. Tout comme j\’aime cet oiseau qui vole dans un ciel de tâches bleutées d\’encre et d\’eau mêlées…
     
    Bien à vous.
    Mourka

  9. Emma dit :

    coucou mon cher lecteur  vas-tu bien  Quelques nouvelles me feraient plaisir  Je t\’embrasse Emma

  10. Unknown dit :

    Voilà….superbe…Eleha

  11. Lecteur Hypothétique dit :

    Puisque de sa plume, l’encre assèchée
    Ne doit plus tracer que des mots effacés,
    Pour cet oiseau aux ailes de vent, gris argenté
    Simplement un silence …blessé.

  12. Lecteur Hypothétique dit :

    Just a book of pictures, just a book of secrets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s