Quand les bateaux s’en viennent

Quand les bateaux s’en vont, les marins rêvent d’horizon

Quand les bateaux s’en viennent, les marins rêvent de quais, de maisons.

Parfois les bateaux meurent d’une mort douce et lente

Leurs charpentes grisaillent et rouillent sous les assauts du temps

Sentinelles muettes, consciences des rêves du pêcheur

 P1170114

 

P1170134Ma Bretagne quand elle pleure

DSCF0011

 Dscf0013

Le 16 mars 1978, l’histoire d’une des plus grandes marées noires commence à Portsall, un petit port breton englué en plein sommeil par le « mazout » d’un supertanker de 250 000 tonnes, l’Amoco Cadiz.

– un pétrolier battant pavillon de complaisance libérien qui, pris en pleine tempête, tombe en avarie de gouvernail à la pointe de la Bretagne ;

– de longues, trop longues, tractations entre le bord, l’armateur, l’affréteur et la compagnie de remorquage

– …les Roches de Portsall, 11 heures après la panne de barre et après plus de 4 heures de tentatives de remorquage …

– un sauvetage héroïque par hélitreuillage de l’équipage italien

– 240 000 tonnes de pétrole léger qui se répandent durant 15 jours en mer ;

– plus de 300 km de côtes touchées ;

– des manifestations diverses ;

– plusieurs mois d’opérations de nettoyage ;

– une procédure de suivi et d’évaluation des dommages qui s’improvise ;

– à Chicago : un procès de longue haleine finalement « gagné par les locaux » ;

– plus tard, une nouvelle politique de lutte qui se met en place en France avec une redéfinition du dispositif de prévention, de préparation et de lutte dans laquelle s’inscrit la création du CEDRE (Centre de Documentation de Recherche et d’Expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux).

La marée noire de l’Amoco Cadiz est la plus important de celles par échouement de pétrolier jamais enregistrée dans le monde. Les statistiques de l’International tanker Owners Pollution Federation Limited (ITOPF) montrent que 1978 est l’année du triste record de quantité de pétrole rejetée en mer.

 

document IFREMER     PORTSALL                                       Photo IFREMER

 

Je suis un pêcheur de Portsall
Et mes poissons se font la malle
Je suis un pêcheur de Portsall
Et mes oiseaux crèvent tous sales
Ils ont du goudron sur les plumes
Pourtant ils trichent pas au poker
Y a des fois des coups de pied au cul
Qu’on donne, qui sont des coups dans l’air

Je suis un pêcheur de Portsall
Mon bateau est à fond de cale
Comme un cormoran tout bancal
Il pourra plus lever ses voiles
J’pourrai pas finir d’le payer
Je pourrai plus prendre la mer
La mer c’était mon idéal
Mon oreiller, mon univers

Des îles vierges aux noms bibliques
D’la Baie des Anges à Saint-Malo
Ils ont souillé tout l’Atlantique
La Manche, et jusqu’au fond de l’eau
Ils ont peint de noir nos sirènes
Ils ont pétrifié nos bateaux
Mais faudrait pas croire que la haine
Se calme avec les mortes eaux

Je suis un pêcheur de Portsall
Et mes poissons se font la malle
Je suis un pêcheur de Portsall
Et mes oiseaux crèvent tous sales
Ils ont du goudron sur les plumes
Pourtant ils trichent pas au poker
Y a des fois des coups de pied au cul
Qu’on donne, qui sont des coups dans l’air

Jean- Michel CARADEC

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Quand les bateaux s’en viennent

  1. Lulue dit :

    quelques mois plus tard, une luciole naissait en plein hiver infernal…. Hiver rude, seule, dans les bras de sa mère… sans visite…. sans personne….
    Quelques mois plus tard,  une luciole naissait en rêvant d\’un monde accueillant, d\’un monde rempli de douceur, de paysages, de fleurs….
    quelques années plus tard, une luciole renaissait de ses cendres….
    luttant contre toute l\’obscurité de ce monde, elle renaissait, déployant ses ailes pour protéger les gens qu\’elle aimait….
     

  2. isa dit :

    Très joli blog, suis moi même bretonne!!! bonne continuation
    isa

  3. Emma dit :

    bonsoir. Pour ma fête ce n\’est pas grave. J\’oublie toujours de regarder le calendrier…  J\’avais envie de vous citer ces vers "le long du quai les grands vaisseaux/ que la houle incline en silence/ ne prennent pas garde aux berceaux/ que la main des femmes balancent… Mais viendra le jour des adieux/ car il faut que les femmes pleurent/ Et que les hommes curieux/ tentent les horizons qui leurrrent/ Et ce jour là les grands vaisseaux/ Fuyant le port qui diminue/ Sentent leur masse retenue / par l\’âme des lointains berceaux "…(Sully Prudhomme) A très bientôt Emma

  4. Elle dit :

    Bonsoir cher lecteur, et merci de ta visite.
    J\’ai souri en lisant de quelles manières tu avais traité la trachéite. Le mépris n\’a pas marché pour moi, puisqu\’une pharyngite est venue se greffer dessus!. Je suis rarement malade, et tant mieux car je suis très mauvaise malade: je me bafferais d\’être ainsi. Bien évidemment, je suis une bonne "infirmière", engueulant ceux qui ne consultent pas, etc, etc. (L\’hôpital qui se fout de la charité).
    Pour ce qui est de George Sand, ravie de savoir que tu l\’apprécies. Je ne sais pas tout de sa vie, j\’en découvre encore des bribes par-ci, par-là, mais j\’ai toujours aimé les femmes de tempérament. Oser "George", déjà, c\’était gonflé, même sans "s"!
    Une femme de son temps qui vivait avant son temps, (en tous cas, qui assumait!).
    Bonne soirée cher lecteur, et bonne santé également!
    (Je retape la mienne).
    Bises aseptisées.
    Elle

  5. valérie dit :

    BONJOUR mon cher lecteur ! me revoila ! je te pose une question:
    serait il possible pour moi de mettre un prénom sur ce cher "lecteur"?
    Meme s\’il est imaginaire j\’ai très envie de "t\’appeler" par un  prénom.
    Allez, au boulot !!!!!!!!
    Je t\’embrasse

  6. valérie dit :

    EH bien enchantée jeff !! me voilà satisfaite !!
    tu sais je suis malheureusement très blonde parfois !! et je ne sais toujours pas vers ou tu habites? moi je suis dans le sud du milieu et plus précisément dans le 30. et toi? as tu envie de me le dire?
    Ensuite pour le musée d\’orsay j\’ai pas compris? il y a donc un épisode que j\’ai dû zapper comme d\’hab !!
    désolé!
    dans ta grande patience aurais tu envie de m\’expliquer encore?
    BISE

  7. le dit :

    la photo est superbe (celle vue du ciel, visuellement je veux dire), dommage que le résultat soit en fait déplorable

  8. angelique dit :

    très joli blog et sympa les poemes
    bise angele

  9. Unknown dit :

    tres beau poeme!!!  je suis revoltée que pour le roi argent l\’on vienne pourir et faire mourir des oiseaux des poissons,et tout le reste, dans ce magnifique pays ou je vis la bretagne (meme si je suis originaire du sud de la france, j\’ai mal au coeur de penser que des c… se permettent de tout salir tout noircir par cupidité ) c\’est un scandale et une honte honte a eux!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s